Escri e Pouèmo dis Escoulan de PARLAREN

12. févr., 2021

Un moumen de « vido sus lou banc de la coumuno de Gardano »

 

Lei  persounàgi :   Babèu :       la fremo de Dàvi

                             Antouneto : uno vesino

                             Dàvi :          l’ome de Babèu

 

Touneto es sus lou banc de la coumuno que tricoto . Saviso que Babèu s’acampo  dóu cantoun  de la carriero Mirabèu.

_____________________________

Touneto : - Eh bèn !  t’ai espera aièr, touto l’après-dina ; devian ana tóutei lei doues buoure lou cafè encò de Natalìo, e de bado ! 3 ouro, 4 ouro, 5 ouro... e ges de Babèu ! Mounte siés anado ? Auriés pouscu mi manda uno telefounado, quand mume, hé !

Babèu :    - Ho ! escuso-mi, se sabiés ço que m’es arriba ! Moun pichoun fiéu Aurelian, qu'èro soun anniversàri, m'a vougu carreja à « Plan », emé sa vouaturo. E alor, ve, subran fau tout quita, tout lacha e lou segui lèu-lèu. Lei joueine soun coum’acò aro, sabes bèn ! Tout acò perqué l' aviéu proumes de li croumpa un parèu de braio de la marco « Mazout » e tambèn un flacounet de  perfum de la mumo marco…

Touneto : - Quand mume m'auriés pouscu  telefouna pèr mi preveni, auriéu pas tant ‘gu lou languimen !..

Babèu :  - Ho ! va sàbi, m’escusaras, mai n’ai pas pouscu, èro pas poussible ; la batarié de moun barrulaire èro descargado !...

Enfin, Aurelian m’a tirassa dins tóutei lei magasin grandaras de « Plan » e aièr au souar, n’en poudiéu pus, èri foundudo !  Mai t’ai pas di, quand a trouba lei braio de la marco dóu « Mazout »…

Touneto: -  Mai de que dies aqui…la marco dóu « Mazout »? Ai jamai ausi parla d’uno marco de braio que li dien « Mazout » !...

Babèu :    -  Ha ! Es belèu  « Gas-Oil » ?

Touneto : -  Sarié-ti-pas “Diesel” pulèu ?

Babèu :  - Ah vo ! As rasoun, es acò : « Diesel ». Aussi !… quet’ idèio d’empega « Diesel » à n’un parèu de braio ! Alor a vougu leis assaja 'quélei pantaloun, ti diéu pas : taio basso… un pan en dessouto de l’embourigo ; d’aquéu biais, poudian vèire lou « zli » emé de dessin acoulouri, emé la marco de « DIM ». Li vesian quàsi lou « zizi » ! E pèr acaba, l’entre-cambo qu’arribavo ei ginous e que semblavo qu’avié caga dins  lei braio quinge jour de tèms !

 

 

Touneto : - Autramen, de quen’en penses, tu, d’aquelo modo fadado? T’en rapelles, tu, dei « jean » sarra, sarra, que pèr si leisenfiela, lei fiho si metien au sòu, couchado d'esquino pèr fin que pousquèsson lei faire mounta enjusqu’à la taio. E quand  si lei levavon, semblavo qu’espeiavon uno lèbre !

 

Babèu :   - Eh vo, m’en souvèni ! Mai après, l’a ‘gu la modo, (e crèsi qu’es toujour en vogo), la modo dei vèsti e braio deis estrassaire, sabes lei « jean » traucad’en pertout : ei ginous, au cuou, e …destendu. E pèr en arriba à n’acò,lei gausissien avans l’ouro, ‘mé de  Pijaune   !  De braiocoum’ aquélei, nouéstei  grand  leis aurien mandadoà la bordiho !...

 

Touneto : - Eh vo ! M’en souvèni, mai lou tèms a passa. Quand l’avié Nini, la pantalouniero dóu camin de Mimet, aquit’assajavo lei braio, ti lei mesuravo, ti fasié beissa pèr l’eisanço ...e puei, après quàuqueimès, quand èron un pau gauvido, ti lei pedassavo emé d’estofo novo. Mai, coumo d’entre-tèms, l’ome avié creissu, ti l’apoundavo, au cuou, uno pèço pouncho bèn vesiblo !...

 

Babèu :   - Tè, ve, Dàvi, moun ome, que s’acampo !  Sabes pas ? Dissate passa, sian ana au marcat super  ; mai sabes coum’ es couioun, a pas pouscu descadena lou « Cadi ». Alor, coum’ avian ges de banasto, ges de saco, avèn mes lei danrèio  dins  moun faudiéu. Mai fuguè lèu plen

Touneto :  - Coum' avès fa alor

Babèu :   - Vas vèire : ti v’ai bessai pas di ? Divèndre passa, Dàvi s’es croumpa un parèu de braio éu tambèn ( mai pas de la marco « Diesel ») que soun tròup grando pèr éu ! Es testard ! Es testard ! A pas vougu leis ana escambia. Mai, fin finalo, acò nous a bèn ajuda.  Vas vèire : avèn countinua de carga…dinssoun pantaloun. Un pau de Banania, de Panzani, uno merlusso à la sau, un cantalou em’ un camembert bèn fa... Mai, arriba à la caisso, acò fuguèpas eisa !  Avèn descarga tóutei lei croumpo : lou Banania, lou Panzani, la merlusso etc… Quouro sian arriba au camembert, I'èro pus! Avié degoulina  enjusqu’à seis artèu.

Touneto : - Avès degu faire restanco à la caisso !...

Babèu :    -  E vo. Subretout que Dàvi l’a plus trouba aquéu Camembert. Mai se sentié la pouioun, la pouioun ! Ti dirai que lei gènt s’amoulounavon darrié nautre ; d’aquéu biais, an durbi uno autro caisso.

Touneto : - Eh bèn !...Aussi, tout lou quartié dóu pont de Petoun l’an sachu voueste desplaçamen au « Liderpraisso » ! Tout lou mounde es au courrènt. Pèr n’en reveni à la modo, fau que ti dìgui : l’autre jour, siéu anado encò  d’Olga. Mi vouliéu metre un pau, coumo se dis, un pau « sexi », alor mi siéu fa vèire  leis « estring » .

Babèu :     - Leis  « estring »? Qu’es acò ?

Touneto : - Sabes  pas ço qu’es ?  Es de poulido mini, mini braieto, l’a de

roso, de bluio, de jauno… mai soun talamen mini que fin finalo rèsto plus qu’uno feissello  que ti rintro dins la règo dóu cuou.

Babèu :    - Alor ti siés decidado? N’en as croumpa ?

Touneto : - Vo, un parèu. Mai, ai pas pouscu lei supourta : quand as acò dins la règo dóu cuou... ti dies pas, hè !... Semblo qu’as uno pougnado d’espigau dins la braieto que ti fan manjoun !

Hòu , Dàvi, èro bouon  aquéu  Camembert ?

Dàvi :   - Ti trufo pas de iéu, vai !...Quand l’avié à Gardano tant de coumestible, avian pas  aquélei « carretoun » endemounia !

Touneto :  - Mai …vas goi ? Que  t’arribo ?

Dàvi :      - Ho ! Vèni dóu medecin. M’a bèn chaspa lou ginous, puei m’a di coum’acò qu’aviéu d’aigo dedins ! Creses pas acò ? Iéu qu’ai jamai begu d’aigo ! …

Touneto : - Ho vai !... acò passara, t’en fagues pas ! Digo à Babèu de ti faire un pau de coumprèsso, veiras ! …Alor, e tu, Dàvi, leva dei braio, ti siés rèn croumpa d’autre, à «  Plan » ?

Dàvi :       - Vo, me siéu croumpa un  GPS  pèr la vouaturo. L’ai assaja, mai crèsi que vau lèu l’entourna au marchand ! Lou pouèdi pas supourta ; mounte que vagues, ti fau toujour ana coumo vòu, as toujour aquelo voues que ti dis : « Tournez à droite après le rond point, puis 550 mètres après tournez à la première route à gauche… » Mai iéu, se vouéli pas ana à drecho, puèi à gaucho, se vouéli ana tout dre ? E alor s’encagno, e ... n’ai proun de Babèu pèr m’enfeta, mi serenga, sens’ encar’ausi aquelo voues artificialo !...

Babèu :    - T’a pas encaro di, Dàvi, que si vòu leissa poussa la barbo ? Mai si sènte pas de la taia, a pòu de si coupa. La vòu leissa poussa  « campas », coumo  lei  SDF ; creses pas ?

Dàvi :      - Que  SDF ! Lei gènt saberu, aquélei  dóu pessu, aro, si la laisson poussa coum’acò ; alor iéu, vouéli sembla coum’élei : un avoucat, un menistre, un prefèt, un coumissàri ei coumte...

Babèu :  - Alor tu… ! Alor que lei gènt dóu pessu vouelon s’abeissa à noueste nivèu emé la modo, tu, voudriés escala à la pouncho dóu mounde dei soubeiran, dóu mounde d’eilamount ? Mai li siés plus ! Dins gaire de tèms, se t’en avises pas, tei couioun auran d’alo ! E alor, ti sera eisa coum’acò d’escala  amount, à la modo dei couioun !!!

Babèu & Touneto  (ensèn) :

       - Coupo-ti la barbo vai , marcaras foueço mies ! Laisso lei gèns d’amoundaut  marca  coume  vouelon !

  Mimet 2011, Deleuil Marius

 

12. févr., 2021

Anan penetra, vuei, dins la Prouvènço intimo, aquelo Prouvènço di mot de la lengo nostro, ounte chascun es uno frucho goustouso!

Anan parla dis escais-noum, que sis espressioun founso saran un ‘’biais’’ de parla de nosto Prouvènço.

Toujour realisto, l’ome prouvençau s’acountènto pas de se faire souna pèr soun noum d’oustau, mai se fai rajusta un  noum qu’en un mot ié fai un retra, un retra toujour pinta e que pico just.

D’aquéu biais de dire, retrouban l’amo de la Prouvènço especifico de noste pople de vèire lou mounde, l’acuïta dóu regard, lou biais talentuous de trouba lou mot que courrespound tout bèu just, lou tout mescla d’un pessu de trufarié, jamai marrido. I’a que de vèire coume nòstis aujòu avien bateja nòsti carriero: ‘’carriero roumpo-cuou, carriero esquicho-couide,… ‘’, toujour lou mot just pèr pinta l’endré!

S’un cop uno femo se poumpounavo poudian entèndre: « s’es empegado de troumpo-couioun ». L’escais-noum èro pas dedicatòri, mai èro uno causo forço poupulàri e dins li païs d’Oc, lis escais-noum flourissien d’en pertout ! Uno di resoun es que la lengo d’Oc èro emplido d’image e que li meridiounau que sian, aman lis image.

N’i’avié forço d’aquélis escais-noum que s’ajoutavon au noum d’oustau e tambèn au pichoun noum. Uno autro rasoun que sabès, es que dins noste païs es l’einat de la famiho que gardavo lou noum, enfin lou sounavon emé soun noum d’oustau e pèr lis àutri lou pichoun noum o l’escais-noum bastavo. Aquel escais-noum èro talamen liga à la persouno que lou pourtavo, que se n’en trobo enjusquo dins li papié óuficiau de certano famiho. Lou noutàri escrivié lou noum d’oustau, lou pichoun noum pièi l’escais-noum pièi lou subrenoum.

Quauco fes aquélis escais-noum èron ereditàri, passavon dóu rèire-grand au paire pièi au felen. Èro uno meno de dinastìo.

Au mitan dóu siècle 19ven, lou bèu-cairen, Estève Boudin, qu’èro rasetaire e subretout poulit garçoun, èro esta bateja ‘’Lou Poulit’’, qu’es devengu lou celebre Poulit.

Es verai que soun noum vertadié ‘’Boudin’’ aurié pas bèn souna dins lis areno e sus lis aficho de courso de biòu !.

Estève Boudin prenguè l’escais-noum ‘’Poulit’’ dins soun mestié e coume moun Diéu, fuguè couneigu e celèbre, soun fiéu counservè l’escais-noum e soun felen tambèn enjusqu’au mitan dóu siecle 20en. Lou sounavon Poulit lou tresen. En seguido d’un aucidènt, devenguè lou directour dis areno d’Arle. Es un eisèmple d’escais-noum ereditàri !

Encaro un eisèmple toucant un gardanen aquesto fes. Èro lou rèire-grand de l’ancian farmacian de la carriero Jùli Ferry à Gardano. Aquéu moussu avié pres lou biais e lou goust de faire jouga au saquet dins lis cafè e li fèsto voutivo ( subretout qu’acò rapourtavo !). Coume pèr lou lotò aquesto pratico èro toulerado qu’en fin d’annado e dóu tèms di fèsto voutivo. Toujour demandavo: « Es pancaro fèsto ? ». N’en fauguè pas mai pèr lou bateja ‘’Fèsto’’. Mai aquest escais-noum s’es amoussa em’ éu !

Vous disiéu adè que l’escais-noum èro uno causo poupulàri, e se pòu dire que, chascun avié soun escais-noum persounau, malurousamen es uno causo qu’es en trin de desparèisse; crese que lou poudèn regreta perdequé es un aspèt de la civilisacioun que se perd !

Acò empacho pas de countinua se lou voulès bèn !

Dins aquelo pountannado, dins noste païs, li viage e desplaçamen se fasien pas coume vuei; li gènt restavon e vivien mount èron nascu. Naturalamen  li meme noum de famiho se retroubavon e tambèn li pichoun noum. Dins nòsti vilage e li quartié de vilo grandasso, pèr destria li famiho que pourtavon li meme noum i’apoudien un escais-noum.

Vous pode cita, se lou voulès bèn, quàuquis escais-noum !

À Sant-Roumié, li Roumanille avien sis escais-noum, n’i’avié uno moulounado ! Meme aro au siècle que sian, n’i’a encaro forço : Roumanille de Sant-Roumié, Roumanille di galino, Roumanille di jardin, Roumanille dóu pont, Roumanille dóu mas, Roumanille di magnan, etc … .

L’óurigino de l’escais-noum poudié veni d’uno moulounado de causo, pèr eisèmple d’un signe  fisi ; ‘’lou goi’’, aquéu qu’èro gros lou sounavon ‘’lou caulet’’, aquéu qu’avié uno cambo raido ié disien ‘’lou panard’’. Un eisèmple celèbre en la persouno dóu manadié Pèire Sorel, li gènt lou couneissien emé soun escais-noum ‘’lou panard’’ : panardejavo !… Uno persouno qu’èro guincho ié disien ‘’lou guerle, lou bigle’’.

L’escais-noum poudié veni tambèn d’uno óurigino geougrafico, d’aquéu tèms quàuqui kiloumètre semblavon tout un afaire… Uno espedicioun pèr se desplaça !… Aquéu qu’au siècle 19ven avié fa la campagno d’Argié lou sounavon l’estrangié e de-fes l’arabe. Un eisèmple encaro, aquéu qu’èro esta sóudat souto lou coumandamen dóu generau Lamourissiere, uno fes desmoubilisa e tourna au siéu à Nime, si coulègo lou sounavon ‘’Lamourissiere’’, curiousamen i’ avien empega lou noum dóu generau !

Oh ! I’a d’àutri sourgent…, pèr eisèmple aquéli dóu mestié, de la proufessioun. Lou peissounié devenié ‘’merlusso o sardino’’, lou boulengié ié disien ‘’lou fournié, fougasso, baneto’’. Un ome que s’afeciounavo à soun maset èro ‘’lou masetié’’, uno femo que mancavo de finesso èro ‘’la grand-gargamelo’’, un ome efemina èro ‘’lou gau-galin’’, un ome qu’èro pourta sus li femo èro ‘’lou grand putanié’’, ‘’chiscoulet e chiscouleto’’  se disié d’uno persono mistoulino e delicado. Pistachié es un ome passiouna pèr li femo, es un catounejaire, un poulassié, un roufian. Jigè es un niais, un ome que s’óucupo minuciousamen dóu menage es un ‘’tasto cuou de galino’’; un founciounàri es un ‘’cuou de ploumb’’; d’un marrit massoun, ié disien ‘’massacro’’ à Fuvèu.

Quàuquis escais-noum glena à Gardano, en proumiero partido dóu siècle 20en ; Tin lou gros pissaire, Teresino dei chin, Roso de Bèdou, Maria dei cabro, Marguerito dóu la, Cagagno, à mon Grand ié disien Tus lou testard.

Escais-noum de Simiano : Vitourino de Bedoufo, Grihet, Grapaud, Maria de l’Oulo, Becasso, la miso bagna, Mourre Brut, Jòli, Bèn-dousa (èro un bessoun), Balèti.

Escais-noum de Cadolivo: Lou Mable, Becasso, Godemar, La Miso, Chichourlo, Bagna, Mourre Brut.

Escais-noum de Sant Savounin: Pachi, Mascara, Tibiti, Babalau, Chescou, Miaou, Chipanis, Pichoun-pese, Gnaté, Jòbi, Balèti, Bèn-dousa.

Li gènt s’escalustravon pas d’èstre souna d’un escais-noum, noun, l’escais noum qu’avié toujour un biais trufarèu, toujour lou pourtavon voulountié. Avien un pau mai de plesi d’èstre couneigu pèr un escais noum que li marcavon mies que soun noum d’oustau, ié dounavo uno meno de persounalita, de poupularita estrecho…, loucalo…, mai qu’èro mai impourtanto que soun noum d’oustau.

I’ avié tambèn d’escais-noum persounau e d’escais-noum couleitiéu, aquéli que designavon lis abitant d’un quartié, d’un vilage, d’uno vilo, d’uno regioun, aquélis escais-noum èron pas toujour à sis avantage au countràri !… Alor, me dirès, d’ounte venien aquélis escais-noum ? E bè d’óurigino diverso, me siéu avisa que lis escais-noum couleitiéu, proun souvènt èron fourma ‘m’ un verbe, en particulié emé lou verbe ‘’manja’’, pèr- ço- qu’en Prouvènço sian reputa pèr bèn manja.

Dins lou Tresor dóu Felibrige de Frederi Mistral, i’a 67 escais-noum emé lou verbe manja, en veici quàuquis un :

-     Li gènt de Bellegardo ié dison: li manjo-cacalausoun o manjo-canard,

-     Li gènt de Barcilouneto: li manjo-fege,

-     Li gènt de Maiano: li manjo-granouio,

-     Li gènt de Toulouso: li manjo-pastissoun,

-     Li gènt de Carpentras: li manjo-tian      

N’i’ a quàuquis un emé lou verbe ‘’sauta’’:

-      Li gènt de Nime soun de sauto-regolo.

Alor, qus qu’avié lou poudé pèr bateja aquélis escais-noum couleitiéu ? E bè, èro li gènt de vilage vesin, li gènt estrangié au vilage, vilo o quartié.

I’ avié d’escais-noum curious, pèr eisèmple:

-     Li gènt de Lunèu ié disien : li pesco-luno,

-     Li gènt de Gravesoun: lis embourigo-de-bos.

Pèr li marin, li païsan soun de sauto-baragno

Li prouvençau pèr li nissard soun de manjo-faiòu.

Pièi, avèn enfin lis escais-noum literàri que soun pas reserva à la literaturo prouvençalo. Dins la literaturo franchimando tout lou mounde counèis Molière, Voltaire, sènso saupre toujour que lou proumier èro Jan-Batisto Pauquelin e lou segound Francès-Marìo Arouet.

En Russìo, Lenine de soun noum vertadié se disié: Vladimir Ilitch Oulianov.

L’escais-noum literàri fuguè à la modo à la debuto de la reneissènço prouvençalo quand lou felibrige espeliguè, la modo èro de signa ‘m’ un escais-noum que coumençavo ‘mé lou mot ‘’Felibre o lou Felibre’’, alor i’ avié pèr eisèmple:

-     Lou Felibre dóu Mas, qu’èro Mistral,

-     Lou Felibre de la Miougrano, qu’èro Aubanel,

-     Lou Felibre di Jardin, qu’èro Roumanille,

-     Lou Felibre de l’armado, qu’èro Anfos Tavan, un primadié, perqué èro esta sóudat.

-     I’ avié tambèn lou Felibre di meloun, acò es un pau trufarèu !

-     I’ avié lou Felibre de Vèire, pèr- ço- que soun noum èro ‘’Cassan’’,

-     I’ avié lou Felibre di Tavan, qu’èro Jan-Enri Fabre,

-     Paul Gossin prenguè pèr escais-noum l’Amagrano e se signavo :’’ l’an pessuga’’, acò es un pau curious !

Pèr agué uno idèio de la diversita, de la quantita dis escais-noum au siècle 19ven e meme au siècle 20en, avèn que d’aluca li couleicioun de l’Armana Prouvençau e li noumbróusi revisto que pareissien en aquelo epoco: l’Aïoli en particulié. Vuei, i’a plus gaire d’escrivan, de journalisto que s’empegon un escais-noum. Li gènt s’escoudon plus gaire darrié un escais-noum, i’a que de legi ‘’li nouvello de Prouvènço’’ e veiren que d’ escais-noum n’i’a quàsi plus.

En aquelo pountannado, crese que li gènt s’escais-noumavon pèr parèisse mai noumbrous que ço qu’èron ! acò multiplicavo li redatour pèr dous o tres e ié permetié de parla de sa propro persouno, aquéu qu’avié escri un libre poudié escriéure uno critico souto un escais-noum.

Èro subretout dins li classo poupulàri que se troubavon lis escais-noum.

L’escais-noum èro prouvençau e lou prouvençau èro la lengo dóu pople, meme se quàuqui bourgés parlavon lou prouvençau, poudèn dire qu’acò èro uno causo dóu pople.

Lis escais-noum s’aprenien à l’escolo, e meme en franchimand. Qu d’entre nautre a pas bateja un survihant, un proufessour, me ramente dins uno pèço de Pagnol, l’escais-noum dóu survihant, i’avien empega ‘’merlusso’’ perqué sentié e pudissié la merlusso, acò l’aurié faugu verifica !…

À l’ouro d’aro d’escais-noum n’i’a quàsi plus dins li vilo mounte i’a tant d’estrangié à nosto regioun ! Dins li vilage se n’en trobo encaro pas mau !…

Mai quand meme à certano periodo lis escais-noum reflourisson d’en pertout en France…, mai en franchimand, vole parla di campagno eleitouralo, aqui li candidat se n’en mandon dins li brego d’escais noum, de la touto e que soun pas pica de verme !…

La Dioto Mimet lou 25 de mars de 2012

Marius Deleuil, Capoulié de Parlaren Gardano

12. févr., 2021

Vaqui un teste que cadun, en Prouvènço, coumprènd .

Parlan uno lengo qu’es uno mescladisso de marsihés, de francés, de prouvençau ;  

mai n’ia pas ges de pariero ! La lengo que parlan es de « franprovençais »

 

« Je vais vous raconter une de mes journées ordinaires.  Cette nuit, j’ai mal dormi. J’avais le ventre gonfle avec une boufigue tout autour de l’embouligue. J’ai boulégué dans tous les sens ; du coup, je me suis aganté un mal d’esquine que je vous dis que ça ! Puis j’ai pantaillé de ces choses !

Y’avait toujours un engàmbi, j’arrivais pas à m’en sortir. Y’avait une palanquée de boumians qui me couraient derrière, je voulais m’escaper, mais je m’embronchais, je m’estramassais et fin finale, je criais sèbe avant qu’ils me chopent.

Aussi, ce matin, j’ai les yeux bordés d’anchois et je suis escagassée !

En plus de ça, mon mari me fait le mourre depuis hier soir. C’est un rénaïre, il maronne tout le temps. C’est pas la première fois qu’il fait la bèbe. Mais bon… Il tire les brègues un moment puis d’aise-d’aise, ça lui passe. M’en fouti !

Moi, en me levant, je me jette un coup d’œil dans la glace. Boudiéu ! Je ferais peur aux courpatas, je suis tout espéloufide, il faut vite que je me donne un coup de peigne !

 Après, j’espinche un peu par le fénestron du cagadou . Je m’esquiche bien contre le mur pour voir si mes voisins ont ouvert les volets. Parce qu’il faut que je vous dise qu’avec nos voisins, on a mal encapé. C’est deux bestiasses ensemble ! Ils  sont tant ensuqués l’un comme l’autre.

Elle, c’est une blondasse, à la peau blanquinasse. C’est un estoco-fi qui s’habille comme un caramentran. On dirait une vraie cagole. Et puis elle a des cacarinettes dans la tête !

Mais lui c’est pas mieux : c’est un balesc, toujours mal embraillé, qui marque mal ; on se demande pourquoi il s’engimbre comme ça. Il faut être complètement jobastre ! Enfin, c’est un calu ! Y’a des fois il empeste, il emboucane. En plus, c’est une brêle, un bras cassé. Il fait le càcou, c’est une croille, mais il travaille quand il lui tombe un œil. Et quand il fait quelque chose, c’est un chiapacan que tu m’as compris ! Et puis c’est une dormiasse : tout ce qui l’intéresse c’est d’aller au ballon et de boire des pastagas.

 Souvent, il s’empègue d’une force ! Il est frit confit à force de s’enfiler des jaunes. Pourtant il a un moulon de picaillon, mais c’est un rapihaire.

Moi, ça me ferait devenir chèvre de voir mon mari glandouiller comme ça, de longue. Ca me gonflerait d’avoir une tronche d’àpi en face de moi tout le temps ; je te le gansaillerais !

Et puis alors, je vous dis pas le boucan qu’ils font. Des fois, le soir, c’est un chaple chez eux. C’est elle qui commence. Elle se tanque devant lui sans broncher et elle le traite de massacan, de mouligas ; elle lui dit qu’il a des mains de pàti , qu’il est longagne, qu’il part complètement en biberine… qu’elle, elle s’escrime à aller travailler, qu’elle s’esquinte la santé pendant que lui il se fait pas de bile et  qu’il se les roule .

Lui, il écoute un moment sans rébriquer puis après il lui dit : « Comme tu me parles là ? Tu déparles ! Mèfi ! Tu me parles meilleur ! Espèce de poufiasse ! Je me décarcasse, je me lève un maffre comme ça… et t’i’ es pas contente ? Tu veux toujours me mettre la honte. Va caguer à Endoumé, vai ! »

Après elle, elle le traite de manjaire, de mangiapan, elle dit qu’il fait son mariole …et patin-couffin. Et elle le grafigne.

Alors il commence par lui mettre un bacèu, un emplâtre qui l’estourbit ; ça finit par une rouste que des fois on se demande s’il va pas l’espóutir. On a la pétoche avec mon mari, mais on préfère rester escoundu. Moi, j’en suis tout estransinée !

Baste qu’il l’a bien cascaillée, qu’elle a bien morflé, ils s’embrassent comme des coucourdes, ils se roulent des patins, il lui dit : «  ma caille » et des poutouns par ci, des poutouns par là ; il lui donne une tape sur le tafanàri et il fait le calignaire.

Atche de ! Quand je vous dis qu’ils sont fada, madur en plein tous les deux ! Et leur minot peuchère ! Il est là au mitan. Aussi  il est tout mistoulin, toujours morvelous. Les nistons, quand tu les as, il faut s’en occuper comme il faut ! Ca fait de la peine de le voir comme ça, tout gisclet.


Baste ! Pour en revenir à ma journée, une fois que je me suis débarbouillée, je prends l’escoube dans le cafouchi et je donne un coup aux escaliers parce que dégun le fait. Des fois ils sont tout embarnissés et dans les cantoun, c’est clafi de poussière. Pour jeter les bordilles et les balayures, il faut que j’aille en galère… Ils ont mis les poubelles à dache ! Après je passe la pièce sur les malons, je nettoie la pile, j’attends pas qu’elle soit sale à faire raquer.

Maintenant il faut que je me pimparre un peu et que j’aille aux commissions, sinon on mangera des régardelles . Je me mets un peu du trompe-couillon, du noir sur les parpelles, du rose sur les gautes . Mais pas trop ! Il faut pas que ça fasse vieille radasse. Pas besoin de se saper mais pas question non plus de porter des ravanilles . Remarquez maintenant, plus on a des pantalons trauqués et estrassés , plus on est à la mode !

Il faut que je me tape bien le cou et les oreilles parce qu’il fait fresquet.
Enfin voilà, je suis prête à descendre au marché. C’est que, moi, j’en ai des galavards à la maison, des morfales que tu nourris pas avec un quignon ni même avec une flûte ! 

Je ramène du marché des cabas pleins. Mais je fais attention de pas me faire escaner le porte-monnaie et de pas me faire estamper !

J’achète des tocs de viande, des banastes de légumes. L’été c’est les pébrons, l’aiet, les faióu, les banettes, les sèbes… Je fais des tians, j’en fais cuire à la sartan . On en mange de ces gamates à se faire péter la bedaine.  Après dîner, on est obligé de faire un pénéquet.

Mais au marché, j’y reste un moment. Je rencontre un moulon de gens. On blague. Tu en as de ces barjacaire ! Des fois tu peux plus t’en dépéguer …Oh pauvre ! Tu en as qui sont plantés là au mitan comme des sànti-bèlli, tu as les vieux repepiaire, les rababèu qui rabâchent toujours la même chose. C’est des vrais suce-pègue !

Enfin, remarquez, moi aussi je suis une bazarette… ça me plaît de chacher. Après, plan-planet, je monte à la maison avec mon couffin. Je marche doucement parce que j’ai des agassins !

Allez zóu, i’anan, fai -tira vai, sinon mon mari, il va encore bisquer ! »

 

                                                                         Bernadette S-G  Décembre 2019

10. févr., 2021

Quouro parlon de tu, Gardano,

Es toujour pèr dire de mau,

Toujour pèr te cerca garouio,

Toujour pèr te desvanta.

Iéu, te vole pourta d’ ajudo,

Tu, la vilo que m’as aculido,

Moudest’oustesso calourènto,

Qu’au tiéu me sente coum’au miéu .

 

Siés uno grando damo, Gardano,

Afablo, eleganto, raçado,

Óufrant toun cous majestous,

Ti longos alèio de platano

Dounant oumbro, mistèri, frescour…

Ta garo se duerb à la vilo

Coum’au jardin se desplego la flour.

 

Es tu que, de lans, m’as seducho

Quand, pèr lou darrié trin de nue,

Arribave, gavoto jouineto,

Dourmihouso, bressado

Pèr lou boulegamen lancejant di vagoun…

As subran atuba de lume pèr milioun,

Vela dins li vapour brusissènto d’usino

Voulastrejant coume d’aucèu,

Aut, dins lou negre dóu cèu.

 

Ai fa moun nis dins ti frèchaio

Coume tant de gèns avans iéu :

Poulounés, Espagnòu, Armèni, Italian,

Argerin, Tunisian e d’àutris african,

Tóutis aquéli qu’an leissa soun passa darrié éli

Pèr gagna duramen lou pan de sis enfant.

Es éli qu’an trima davans li four brulant,

Em’éli s’es coustruito la grando endustrìo,

Emé li gardanen an fa grando famiho

 

Segur que pèr acò, s’es basti chaminèio,

Bassin e refrescant, counducho e caudièro…

Segur que i’a de fum e la póusso lóugiero

A rougi à cha pau ti faciado coume li gauto di bóudrèio.

Mai tis óudour e ti tubèio

Soun l’alen de toun pople assidu, trimandié.

Es eici qu’an susa d’óubrié carbounié

Davalant dins lou founs di pous de mino.

Li marsihés, alor, ié fasien bono mino

Au carboun estraia à cop de picatèu

Mai precious coume d’or pèr si sabounarié,

Pèr fabrica soun òli o pèr si téularié.

 

                             

Emé ti font e ti mouliero,

Ti riéu, ti palun e ti pous,

As pas besoun de rèn pèr aseiga ti terro

E li camp à l’entour, soun vert e vigourous.

S’èro pas engana, Reinié, nosto bon rèi,

Que i’avié soun castèu, si vigno, soun troupèu !

E la gènto marquiso, aquelo de Gueydan

Que leguè forço bèn pèr counfourta tis abitant !

 

Es eici qu’an viscu nòsti reire païsan,

Faturant lis aiet , tambèn li bledo-rabo,

Engreissant sis avé, si porc o si poulaio,

Acampant berigoulo, rabasso e feisan.

Au-jour-d’uei encaro, faturon lou safran,

Aquest’espèci fabulouso

Que nous envejon li pu grand .

 

As pausa nudo au soulèu de Prouvènço

E Cézanne, de tu, a pinta de retra,

De cap-d’obro talamen renouma

Qu’aquéu que vòu le countempla

Dèu ana jusquo is Americo…

Dins li grand museon , soun tóuti bèn garda !

 

D’àutro que tu an de poulido glèiso

E de clouchié auturous, bèn quiha.

Mai tu , as aquelo particularita :

Tóuti dous soun dessepara.

 

Ensin, pau nous chau en nous autre

Se n’i’a qu’an la casqueto à l’envès,

Se d’autro un velo ié tapo la testo,

Se d’ùni s’engaron de travès.

Tóutis an l’acènt dóu Miejour, dóu souléu, de la festo .

Tant pis si parlon un pau trop fort.

Noun, noun, Gardano, as pas tort

D’èstre procho toun pople e de faire qu’eici

Cadun pouguèsse tenta sa chabènço.

As sèmpre agu un cop d’avanço,

Siés duberto au mounde. Pèr acò , gramaci !

                                 

                                   B. S-G                Juliet 2019

28. avr., 2020

TONI E LA FADO

Dins lou tèms, en Leberoun, un cop, i'avié un drole que ié disien "Tòni". Èro bèn brave, pecaire, mai avié pas enventa li boutoun à cinq trau ! Un  vèspre, à la bouco de la niue, s'entournè à soun oustau, bèn alassa, perqu'avié, tout lou sanclame dóu jour, coutreja la terro.

Subran, veguè au mitan dóu camin, uno pichoto bèsti  que se tirassavo vers la ribo.Tòni se diguè :" Pauro bèsti ! Se vai de segur faire escracha pèr uno carreto !" Èro qu'un vièi grapaud tout bavelous. Lou prenguè pèr lou pausa sus l'erbo. E alor ! devinarés !

Tout-d’un-cop, lou tron petè e uno espetaclouso esluciado aluminè lou cèu dins soun entié. Dins lou trelus, i'avié uno chato di péu blound, bello que noun sai ! Noste Tóni en fuguè tout estabousi, estoumaga en plen e tremoulant de la pòu.

La fado (d'efèt èro uno fado) ié diguè :"Agues pas pòu, moun brave Tòni… Siéu uno fado e te dève gramacia. Dins moun bèu tèms, uno marrido masco m'a fa veni grapaud e falié qu'un jour un ome me sauvèsse la vido pèr que pousquèsse redeveni uno bello chato ; siés esta aquel ome. Pèr te gramacia, pode enausi tres vot que chausiras".

Tòni n'en creseguè pas sis iue e sis auriho. Diguè tout d'uno : "Gramaci Madamo la fado. S'es poussible, voudriéu èstre riche. Tant lèu, la fado ié fai soustre d'or.

"Aro, me podes-ti dire lou segound vot ? ”

"Aro que siéu riche, voudriéu tambèn èstre bèu". Tant lèu, la fado n'en fai un ome di mai bèu, fin que tóuti li chato ié viróutejon à l'entour.

"Aro, me podes-ti dire lou darrié vo. Mèfi qu'es bèn lou darrié ? ”

Tòni calculè un brave moumen pièi diguè à la fado : "Belèu…Es pas eisa… Tant lou poudès pas faire ?… Voudriéu èstre inteligènt ! "

"Moun brave Tòni, es segur poussible… Mai, mèfi ! Es definitiéu. Poudras plus jamai chanja !"

"Madamo la fado, es tout vist . Voudriéu èstre inteligènt ! "

    Quau vous a pas di !...Tant lèu, Tòni es devengu TOUNETO.

 

                                                                                        Jan Pèire