Un de la Canebière est une opérette conçue avec des lyrics d’Alibert et René Sarvil et une musique de Vincent Scotto, créée en 1935.

Cette opérette marseillaise est la plus connue avec des airs comme J'aime la mer comme une femme, Les Pescadous... ouh ! ouh !, Cane... Cane... Canebière, Le Plus Beau Tango du monde, Vous avez l'éclat de la rose et Un petit cabanon.

Toinet, Girelle et Pénible sont trois amis marseillais en peine de cœur. Toinet et Girelle aiment Francine et Malou (qui est aussi aimée par Bienaimé des Accoules) et Pénible aime Margot qui aime Girelle...

Pour séduire leurs dames, Toinet et Girelle décident de faire croire qu'ils sont riches et possèdent une usine de sardines. Margot pousse Bienaimé à leur acheter un grand nombre de boîtes de sardines pour démasquer leur supercherie. À leur grande surprise, Toinet et Girelle acceptent le contrat et le font signer par la tante Clarisse qui n'est autre que Pénible.

Le soir même ils décident de faire disparaître fictivement la fausse tante Clarisse pour trouver un prétexte pour ne pas respecter leur contrat. Un armateur grec retrouve les habits de la tante et croit l'avoir tuée avec son bateau et donne beaucoup d'argent aux trois Marseillais pour « gagner leur silence ».

Avec cet argent, les trois Marseillais achètent une véritable usine de sardines et honorent leur contrat...

Les aventures de Toinet, Girelle et Pénible les ont rendus sympathiques auprès de leur dame et ils trouvent l'amour dans la simplicité. Ce que demande un Marseillais, c'est simplement « un petit cabanon » pour être heureux.